la sous développée – zoé valdès

Ses archives lui envoyèrent beaucoup de signaux. Des recherches menées par son hypothalamus. Elle n’aurait pas pu les qualifier de souvenirs. Le souvenir, c’est autre chose; quand on est pressé on ne peut pas se souvenir. D’après elle, le souvenir était un éloignement infini, et c’était justement cete infinité qui le rendait si proche du présent, si influent et si tangible. Ce q’uelle avait reçu, c’était de simples tampons sur des enveloppes scellées à jamais. Closed information: la première communion, le premier jour d’école, la page de garde d’un livre, la première copine, le premier petit ami, le premier poème, le premier baiser, le premier orgasme – septième ciel sans pénétration -, le premier mensonge, les premières règles, la première mort, la première maladie, la première punition, la première trahison, le premier suçon,le premier cyclone, la première fête, la première taloche, la première capitulation, la première humiliation ou blessure, la première pierre… Et peut être un jour le premier souvenir d’avoir reçu tant de premiers signaux travestis en regrets.
Publicités
Cet article a été publié dans Citations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s