de retour après de trop courtes vacances…

Les vacances sont déjà finies… Les révisions et les exams sont passés trop vite, et de même pour les vacances. J’ai quand même eu le temps de vivre plein de choses. De me reposer, pas trop… des vacances quoi… le temps d’arriver en allemagne et de ressentir ce sentiment magique, ici je ne suis pas en france, mais je suis quand même chez moi… parce que je connais comment les choses fonctionnent ici… parce que je parle leur langue.. parce que tout est différent de la france, je me sens en vacances, et pourtant je suis encore chez moi… Europa ist wo ich zuhause bin… l’allemagne me plait, déjà parce que j’aime la langue (à ceux que je choque: vous avez déjà entendu successivement de l’allemand et du hollandais? sujet d’une discussion avec mon voisin de train). parce que c’est "bonnard", cette ambiance, la confiance naturelle qu’ont les gens dans leurs semblables… les fêtes populaires, la bière, le carnaval, un je-ne-sais-quoi de détendu, de gemütlich, de cool…Et puis retrouver ma famille, chercher à comprendre qui ils sont dans une espèce de recherche de mes racines, expression malheureusement trop à la mode, histoire de ne pas oublier et de ne pas me priver de la "dimension de la profondeur de l’existence humaine" selon Hannah Arendt , de ne pas couper le fil entre les générations, de garder la "fondation" en mémoire(dsl, je ne peux pas échapper à mes cours…). Et retrouver ma "famille future", à savoir 14 kg d’énergie qui me sautent dessus en riant.. un petit ange blond qui change chaque fois que je le vois…
et puis dans le train cette rencontre qui réveille en moi mon esprit Erasmus… Cette sensation de liberté, ressentie par ailleurs en dehors d’une année erasmus, en retrouvant ma "liberté" après avoir quitté une relation, en rencontrant n’importe qui.. quand au bout de peu de temps on s’imagine que cette personne va devenir très importante, se sentir pour un moment exactement sur la même longueur d’ondes… au bout de vingt minutes échanger un email ou un numéro de téléphone… peu importe d’être déçu après… l’important c’est d"y avoir cru un moment… Erasmus c’est avant tout un état d’esprit, un état d’esprit qu’on ne conserve pas quand on n’est plus erasmus, même si on reste dans le pays, mais un état d’esprit qui une fois qu’on l’a vécu devient accessible et fait la richesse et l’ouverture de quelqu’un. Et puis j’ai compris aussi, qu’il fallait laisser les gens qui sont restés, ceux qui ont choisi de poser leur valise là au lieu de partir, leur laisser faire leur vie, comprendre qu’on n’apartient plus à ce monde là, qu’il faut laisser aller… Qu’il faut les laisser rester ensemble, qu’on n’a pas le droit d’etre jalouse ni d’être au courant de ce qui se passe.. parce qu’ils ont choisi que ce serait leur vie et que nous on a choisi de partir. dans la tristesse peut etre mais c’est quand même un choix qu’on a fait. Ce qui n’était pour moi qu’une expérience est devenu pour eux une vie. Ceux qui restent restent ensemble. Ceux qui partent en ont fait le choix. Et doivent aussi l’assumer, ce que j’ai parfois du mal à faire. Pour ceux qui restent ce n’est plus pareil non plus, ce n’est plus une année erasmus, ils n’appartiennent pas à la nouvelle communauté erasmus.. et déjà au deuxième semestre on n’est plus comme les nouveaux…on a déjà fait tout ça… Et cela je le comprends très bien dans ma tête mais parfois mal dans mes tripes… mais comme dit "brokeback moutain", wenn du das nicht ändern kannst, musst du damit leben… et en faire le maximum… regarder en avant… paroles, paroles… comment font ceux qui disent froidement que ceci n’est plus leur vie. qui y renoncent avec raison…
et bien d’autes choses encore ces vacances, un carnaval brésilien et comprendre enfin ce qu’on appelle samba et comment ça se danse, ce qui est pourtant instinctif mais qu’on avait essayé de me montrer il y a de cela… cinq ans et demi… je vieillis…et partir à Barcelone, entendre enfin de l’espagnol, pour avoir la confirmation que les espagnols parlent bien comme on l’apprend à l’école… en espagne le centre ville me rappelle l’italie: les bandes des jeunes, les nanas sapées sexy et mode… les magasins de fringues…les petites rues, les petites boutiques, le linge aux fenêtre comme dans la chanson… et plus loin dans la ville j’ai eu plus l’imression de retrouver Lisbonne, un autre genre de magasin, des gens ordinaires, pas ceux qui font les vitrines mais les autres, ceux qui ne sont ni jeunes ni beaux, du moins pas nécessairement… une autre ambiance, une autre vie. loin de la plage… les gens qu’on aime quand même, pour ce quils sont. qui inspirent un certain respect. et puis barcelone, c’est aussi la mer, le soleil… la chaleur… prendre un café sur une terrasse, regarder la mer, il fait 19°C et ça fait du bien… les mouettes, les vagues, les petits cailloux polis, les coquillages… s’amuser à comprendre le catalan…
rentrer à la maison, retrouver la pluie et la neige… défaire ses bagages pour mieux les refaire… repartir et recommencer.. voir des amis pour se remonter le moral… retrouver la motivation pour reprendre. et voilà, déjà presque une semaine de passée… acheter des billets de train, pour repartir, pour penser à après. moi j’ai pas d’exam mais je suis solidaire aussi avec les poulettes qui ont des exams, l’une pour la dernière fois, et l’autre pour presque la dernière fois… pour l’année prochaine donner des exams aux autres… quel sadisme.. lol…
et puis il y a les autres, ceux que je retrouve à paris, ceux qui étaient présents malgré la distance l’année dernière, ceux qui savent pourquoi certaines choses  me rendent si vulnérable… il parait qu’il ne faut pas verser de nouvelles larmes sur d’anciens chagrins.. ouais. n’empêche qu’il ne faudrait jamais retrouver ce qu’on avait oublié…pour tout un tas de raisons… et puis il y a ceux à qui je rêve de rendre visite.. j’espère que ça se fera… et puis dans tout ça faudra trouver une petite place pour le boulot, qui a l’air de répondre présent ce semestre, probablement plus que pour le dernier… bon… au moins je pense que je vais progresser en espagnol, refaire de la philo, savoir faire toutes sortes d’analyses, financières, mathématiques, stratégiques etc.. trouver de très bons profs parfois… l’important étant de survivre à l’entrainement… quand on se retrouvera sur le champ de bataillle les choses seront de nouveau différentes…
Publicités
Cet article a été publié dans Perso. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour de retour après de trop courtes vacances…

  1. Melanie dit :

    juste pour dire que jed t\’ai lu.. et que j\’ai adoré une fois de plus.. tu as tant de talents pour écrire.. j\’ai l\’ipression de rsentir un peu ce que tu as vécu…
    bref magnifique.. et merci de partager celà avec nous… et de penser à tes deux poulettes!!! on se voit bientôt…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s