Nostalgie

Nostalgie

Cela fait cent ans

Que je n’ai pas vu ton visage

Que je n’ai pas passé mes bras

            Autour de ta taille

Que je ne vois plus mon visage dans tes yeux

Cela fait cent ans que je ne pose plus de questions

            A la lumière de ton esprit

Que je n’ai pas touché la chaleur de ton ventre

 

Cela fait cent ans

            Qu’une femme m’attend

                        Dans une ville.

Nous étions perchés sur la même branche

                                   Sur la même branche

Nous en sommes tombés, nous nous sommes quittés

Entre nous tout un siècle

            Dans le temps et dans l’espace.

Cela fait cent ans que dans la pénombre

            Je cours derrière toi.

 

Nâzim Hikmet

Publicités
Cet article a été publié dans Poèmes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s