de ces droles de trucs qu’on met dans ma boite aux lettres

""Quand j’étais petit garçon" comme dit la chanson, la politique me passionnait déjà." ainsi commence l’article en dernière page du brulôt d’extreme droite que j’ai trouvé dans ma boite aux lettres ce soir… j’aurais bien envie de commencer mon article comme lui: "quand j’étais petite fille" la politique me passionait déjà… et je crois que les ressemblances entre l’auteur de cet article, et plus généralement les rédacteurs de ce journal, et moi, s’arrêtent là.
Morceaux choisis: "les aspirations populaires, depuis la mort du Roi, n’ont pas changé d’un pouce. Avant, dans ce qu’on appelle l’Ancien Régime et que nous finissons par considérer, au fur et à mesure que s’accumulent nos misères, comme notre âge d’or dans ce joli temps où les campagnes pouvaient être printanières ou estivales, automnales ou hivernales mais jamais électorales, on y voyait des paysans et des fermières, des Colas et des Jeanneton, des vaches, des veaux, du lait, Perrette et son cotillon, mais nulle affiche et nul slogan. Il n’y avait pas, non plus, sur les monuments aux morts ou devant la maison du peuple d’hymne national. On ne récitait pas le catéchisme de la nation. On n’avait pas besoin, pour vivre, d’être nationaliste ou socialiste, ou pire, les deux à la fois. Je ne vois nulle part qu’il y fût question de valeurs. On priait Dieu et on servait le Roi. Ca suffisait. Les grandes dames, pour essayer d’entrer dans le royaume des cieux, ce qui est plus difficile pour un riche que pour un chameau de passer dans le trou d’une aiguille, allaient faire la toilette, le ménage et la cuisine des plus pauvres, qui en étaient bien contents.[…] On ne parlait jamais d’exclusion, car c’était l’exclusion qui était exclue du doux royaume de France.[…] L’avenir était au hasard ou à la Providence: on chantait, on riait, on aimait, on buvait et on mourait. En homme véritable, on souffrait, et donc on priait. "
Quel beau texte n’est-ce -pas? Mon âme en est toute remuée. J’ai donc lu l’article jusqu’à la fin pour voir si ce monsieur, de noble ascendance comme il se doit (Jacques Trémolet de Villers) était sérieux ou s’il allait révéler sa blague. Hé bien même pas…
M. Trémolet de Villers est très sérieux, quand il regrette l’Ancien Régime… quand il mesure en pouces… il a appris l’histoire où, chez mme de ségur? dans "les petites filles modèles"? Les grandes dames vont faire le ménage chez les pauvres?
Ah, le bon temps ou les pauvres acceptaient d’être pauvres, se soumettaient volontiers à la volonté divine (? ou de l’Eglise, celle de ce pape riche et gras?) et supportaient la misère sans cercher à comprendre comment l’Etat fonctionnait. On prie dieu, on sert le roi (même allégeance?), les bonheurs viennent de dieu et les malheurs du hasard, de la providence pour utiliser un terme chrétien. Il n’était pas nécessaire de chercher à faire croire qu’en étant nationaliste et socialiste on est national-socialiste, d’ailleurs un socialiste devrait par définition, ne pas être nationaliste. Il est naïf (mais peut-on être naïf au point de croire au joli paysan du Hameau de la reine, avec veau, vaches et lait? Pas d’exclusion, au royaume de France? Vraiment? se résigner à souffrir et prier dieu? Ah, ça devait bien les arranger, les ancêtres de M. Trémolet, de pouvoir régner sur un peuple docile, un peuple qui ne connaissait pas le catéchisme de la nation, l’hymne national, les valeurs, le socialisme…
Ce qui devient moins drôle, c’est de l’entendre comparer Ségolène Royal à une Dame blanche des Orléans "préparant la couche du Dauphin",avant de regretter que cette mère de famille soit restée "jeune fille célibataire". et, pire encore (moins un péché mais plus dangereux): farouchement républicaine. Je ne dis pas ça pour ségolène royal. La question est de savoir comment on peut, en 2006, penser ceci?
J’aurais pu vous citer d’autres morceuax choisis, plus violents, contre les "minorités d’origine étrangère" (également appellés "histrions allogènes": pour qqn qui pense que l’exclusion n’existait pas au doux royaume de france, pourquoi la perpétuer? il n’y a pas d’origine étrangère, il n’y a que des Francais) qui sont tous complices des "barbaries" et de haine de la france… autres morceaux qui trouvent la droite comme la gauche, et les juges comme les flics laxistes: "de bons papas noel". Ceux qui regrettent l’avant-Vatican II et la messe en latin… (toujours ce souci d’embrouiller les masses… qui parle latin aujourdh’ui? cela dit l’Eglise n’est pas passée à la messe vernaculaire parce qu’elle est progressiste, mais parce qu’elle n’avait plus le choix devant le recul de la pratique religieuse… Eglise quand donc seras-tu ouverte?). Autre article passionnant: celui qui plaint le pauvre colleur d’affiche FN qui s’est pris un coup de boule à Cluses sans que le maire ne vole à son secours… (bien sur ce sont des "jeunes en capuche" inspirés par notre champion du monde de football (hem, Zidane restera toujours champion du monde de football, même maintenant- si les ministres restent des ministres et les présidents "monsieur le président"..)…mais au fond c’est de la bêtise "ordinaire", et j’aurais jeté le tout s’il n’y avait pas cet article sur l’Ancien Régime, particulièrement lyrique… un beau style, on cite La Fontaine etc. Je connaissas un peu l’extreme droite, mais ce courant est intéressant… je veux dire: il pourrait être drole, s’ils n’étaient pas persuadés de ce qu’ils disent.
Je n’ai sans doute pas sa verve, à ce monsieur… tout de même, son texte me rappelle pourquoi je fais les études que je fais, pourquoi, oui , la politique me passionne et continuera à me passionner. Dans mon temps libre, cela s’entend…
dans ce journal, Présent, écrivent donc des gens bien , ceux passionnés par Maurras et Brasillac, ceux qui sont membres du burau politique du FN, président de l’association professionnelle de la presse monarchique et catholique, qu’on appelait "Maitre" dans le mouvement "Restauration nationale", ceux qui étaient compagnsons de Bruno Gollnisch à la fédération de france des étudiants de nanterre, les journalistes qui ont des expériences sur "radio-courtoisie"… que du beau monde…
tout ça dans ma boite aux lettres quelques mois avant les élections. Tiens donc? pourquoi essayer de faire de la politique, puisque les élections n’ont que des inconvénients.. alors que la sagesse de l’hérédité n’est "en définitive, qu’un tirage au sort (cf platon) de la nature corrigé par l’expérience et l’éducation.."
ce n’est pas bien , sans doute,je ne vais pas argumenter sur ce sujet. Mais les mots me manquent, d’étonnement… il faut de tout pour faire un monde…
Publicités
Cet article a été publié dans Actualités et politique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s