de retour à Genève…

Me revoilà dans le coin!
Enfin, dans le coin, tout dépend de quel coin on parle, mais mon coin à moi, c’est les Alpes qui tournent autour de Genève. Et du lac de Genève, donc (on laisse le lac léman au touristes). Et des stations de ski, avec ces empaffés de touristes (toujours les mêmes), qui osent se planter sur MES pistes de ski, pensez bien, comment peut-on laisser faire ça??
Pis en parlant tourisme, j’en fais pas beaucoup en ce moment… Bizarrement je passe plus de temps au bureau (remarquez, maintenant je connais bien la géographie de la salle de pause, la machine à café, ce genre de choses), moins de temps dans les trains et les avions. Mais tout n’est pas perdu, j’ai découvert qu’il existe une liaison directe entre Genève et Düsseldorf. Et mon chef qui me dit ça, il me dit même que je devrais trouver des vols pas trop chers, parce que bon, qui voudrait aller à Düsseldorf? Cologne, passe encore, mais Düsseldorf??
Donc me voilà dans le coin. Ni une ni deux, je contacte les quelques amis qu’il me reste, dans le coin. Et que ne decouvré-je pas? Lundi matin: je reçois une invitation au séminaire d’accueil de ma boite, début mars (génial les 60 km d’autoroute bouchonnée à parcourir avant d’arriver, fraîche et dispose, à 8h15 en séminaire). Voilà que je regarde la liste de présents, nouvellement embauchés. Et que vois-je: une camarade de primaire vient également de commencer le lundi précédent! Et elle travaille trois étages au dessous de moi! Je ne suis pas seule au monde! (Non je plaisante j’ai aussi des collègues très sympas (4 jeunes hommes, vous pensez bien), et quelques fidèles amis genevois).
Mes collègues, on est d’accord que ce serait contre la déontologie de vous raconter les potins… (comment cacher qu’il n’y a rien d’intéressant à raconter!)
Je vais plutôt vous raconter mes bonheurs avec la hotline Alice. Non, mais ça vous connaissez déjà, j’imagine. Je disais samedi soir à un informaticien, ami d’une amie, qu’on avait vraiment l’impression qu’ils lisaient leur liste de questions et que suivant les réponses, ils vous indiquaient la manip’, mais qu’au fond ils y connaissaient pas plus que moi. Et l’autre me répond: ben oui, c’est pas la définition d’une hotline? Non mais bon… J’imgine toujours que les gens qui doivent me venir en aide sont compétents. Pire, j’imagine qu’ils sont intelligents. Grossière erreur, je ne recommencerai plus, c’est promis.
Mais à part ça?
Hé bien à part ça, je me rends compte que je ne connais pas "ici", que je dois prendre le temps de le découvrir, de le redécouvrir. Il y a eu tout mon refus de revenir dans le coin. Tout ce refus de cette vie-là, ce refus de revenir à la case départ. De ne vivre que ça.
Contre tout ce refus il y a eu de la raison, bien plus que de sentiments. De la raison qui me disait que la vie ici pouvait être aussi belle et aussi intéressante qu’ailleurs. Il y a eu des calculs. Des raisons que je ne voulais pas laisser rentrer en compte. Un sentiment d’égoisme, une pointe (mais seulement une pointe) de culpabilité.
Et j’ai une chance, mais une chance incroyable: je travaille avec des étrangers (comprenez, des Français, mais pas de la France voisine, non, des Bretons, Parisiens, Bordelais, Normand, des étrangers vous dis-je) (depuis que je suis partie à l’étranger je ne sais plus ce qu’est un étranger, pour moi on est tous frères, alors tout le monde et n’importe qui l’est également). Bref. Revenons à nos moutons. Travaillant avec des étrangers, je me rends compte de ce qu’ils vivent en arrivant dans la région. Ils me racontent leurs impressions, et je découvre ce qui les surprend et qui me semblait normal. Vu de leur point de vue, mon coin peut être exotique. Et ils échangent leurs adresses, les endroits où skier, marcher, faire de la luge… Je découvre tout ce qui fait la richesse de ma région et que moi, le nez collé chez moi, je n’y avais pas vu.
Donc tout n’est pas perdu. Et puisque je suis à me lancer dans des projets à long terme, autant trouver de bonnes raisons de rester ici.
Par exemple, j’ai passé presque une semaine à cheminer quotidiennement dans une rue parallèle au lac, sans aller le voir. Puis je l’ai vu, et là j’ai compris ce que je faisais ici. Genève est une ville qui a des défauts et des qualités, mais qui a uncaractère.
 
Publicités
Cet article a été publié dans Perso. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s